The Times : Bordeaux from the back of a black Cab

22 mai 2017

Merci à Tristan Rutherford, pour l’article Winecab paru dans le Times du 18 mars 2017. 

Télécharger l’article en version originale (EN)

Le black cab d’Antoine ressemble à un black cab typique. Mais son véritable but ne vous est révélé que lorsque vous montez à l’intérieur. Son assistante, Virginie, ouvre un strapontin pour révéler un coffret de flacons de vins . Ces échantillons peuvent être dégustés maintenant ou glissés dans vos bagages à main pour l’avion du retour. La conversation d’Antoine ne concerne pas la politique londonienne. Oh non. Au fur et à mesure que le taxi roule à travers le brouillard du matin et les vignes sombres, il fait monter une passion du vin qui s’éveille à travers les châteaux de contes de fées que nous croisons.

Nous allons effectuer une visite du Bordelais avec Wine Cab, qui compte trois anciens taxis londoniens. Le nôtre est un Carbodies Fairway de 1997. La promesse du service de Wine Cab est de donner accès à l’ensemble vertigineux des 7.000 châteaux de Bordeaux, des grand crus peu connus au Château Margaux.
Ma demande est de visiter trois vignobles haut de gamme, puis passer la nuit dans un château. Virginie planifie notre parcours du Médoc au Sauternais jusqu’à notre arrivée à Saint-Émilion.  Avec cette forte concentration de vignobles, ma demande est satisfaite.

Château Cheval Blanc est un premier grand cru classé que je n’espérais pas visiter en solo. Les millésimes se vendent pour un minimum de
500 € par bouteille. James Bond le boit dans Never Say Never Again. Nos guides passent devant le domaine de Pétrus pour se garer à côté d’un véritable show room d’Audi et de BMW. Les têtes tournent, nous sommes le véhicule le plus cool du lot.

Sous la direction du propriétaire du vignoble, Bernard Arnault, président de LVMH, l’homme le plus riche de France, le nouveau bâtiment de la cave ressemble à un vaisseau spatial. L’étage supérieur en béton contient un jardin sur le toit qui régule la température dans la cave en dessous : six rangées de cuves courbées contenant plusieurs millions d’euros de vin chacune.

Antoine, Virginie et moi dégustons un verre de 2011. Chaque gorgée est une explosion du palais. Si je pouvais me le permettre,
je ne boirais rien d’autre. Antoine, qui conduit, reecrache la plupart de ses dégustations. Virginie, qui souhaite rester sobre, laisse la moitié de la sienne. C’est du gachis ! j’aurais pu en emporter pour mon père!

Après quelques selfies au Polaroid à l’extérieur de Cheval Blanc (Antoine les remet à ses invités comme un souvenir), nous partons vers Château La Dominique. Ici, l’architecte français Jean Nouvel a secoué Saint-Émilion en installant un gigantesque cube rouge au milieu du domaine. Ses faces sont revêtues de lames en acier inoxydable. Celles-ci reflètent les vignobles environnants dans les tons de Bordeaux rubis, écarlate et cramoisi. Après une visite de la cave, nous déjeunons sur le sommet du cube rouge, des plats de charcuteries régionales (14€) et de carpaccio de boeuf (16€). Le panorama à 360 degrés déploie l’essence de Bordeaux : les manoirs comme à Disney, les vallées recvertes de vignes et les mini-fourgonnettes Mercedes pour les dégustations chinoises.

« Go, » dit Antoine en redémarrant. Le plaisir du transport avec chauffeur est que vous pouvez vous arrêter là où vous voulez pour manger des gâteaux, vous promenez dans les vignes ou aller dans les boutiques de vins. « Ou pour dormir dans une cabane dans un arbre « , dit Virginie. Certains britanniques préfèrent acheter des cartons de vin directement aux châteaux, explique-t-elle, c’est souvent moins cher que chez un caviste en ville. Pour un supplément, un oenologue vous accompagne dans le taxi, c’est le must ! WineCab a une clientèle française, mais cela devrait changer quand le TGV arrivera de Paris en deux heures à partir de juillet. Bonne nouvelle pour les Britanniques, Bordeaux ne sera alors plus qu’à six heures de Londres.

« Le plaisir du transport avec chauffeur est que vous pouvez vous arrêter là où vous voulez ! »

Nous passons l’appellation “Pomerol” et nous arrivons aux remparts médiévaux de Saint- Émilion. C’est la ville du vin.
D’innombrables boutiques rivalisent pour proposer les meilleurs millésimes : Cheval Blanc 2010, 1 033 € la bouteille ; Mouton Rothschild 2010, 648 € la bouteille; Pétrus 2010, 3 999 €.

Les vignes montent jusqu’au bord des remparts de pierre.
Ces terres fertiles pourraient atteindre 1 million d’euros par hectare.

Puis Antoine nous amène dans un cloître du XVe siècle pour une impertinente surprise. Il sort trois verres et ouvre une bouteille de Cuvée Hortense Prestige 2014 « pour refaire le plein ! ». Très gentil de sa part. Après une première gorgée dégustée on ressent un parfum de caoutchouc, de cassis ou de chocolat, mais je perçois aussi le cuir, la fraise et l’orange.

C’est une plus longue route jusqu’à notre dernier port d’escale, Château Prieuré Marquet, un manoir parfaitement symétrique, où Antoine et Virginie me quittent. En 2016, le château a ouvert cinq chambres superbes. Chacune est habillée de créations des designers préférés du propriétaire: Gio Ponti, Christian Lacroix, Philippe Starck. Pour rejoindre le petit-déjeuner, vous traversez un escalier du XVIe siècle, une table de billard des années 1920 et une Fiat 500 de 1968. Les adolescents peuvent dormir dans un bus à deux étages déclassé à Londres.

Les hôtes, Sergio et Palmira, me proposent une dernière dégustation dans la cave. Sous les poutres en bois, la récolte de cette année repose dans des cuves brillantes. Je suis le premier britannique à essayer les millésimes non encore commercialisés d’ici et des vignobles environnants.

Qui savait qu’un Black Cab pouvait vous transporter au Paradis et revenir sur terre ? Il est sûr de battre King’s Cross.

Utile à savoir
Tristan Rutherford était l’invité de Wine Cab, 450€ la sortie d’une demie-journée pour un maximum de 4 personnes (wine-cab.com)

Ou dormir ?
Les chambres de Château Prieuré Marquet (prieure-marguet.com) commencent à 207€

Comment s’y rendre ?
À partir du 2 juillet, un nouveau service TGV Paris-Bordeaux met Londres à environ six heures de Bordeaux. Billets aller-retour 110€ (eurostar.com)

Allé en haut